JEAN-BAPTISTE
FONLUPT

Home Bio Disques Ecouter Photos Presse Contact FR I EN

            

ARTICLES DE PRESSE



« Jean-Baptiste Fonlupt domine ses collègues. On sent, y compris dans les Geistervariationen, un pianiste remarquable. Il leur insuffle de la vie, les sort de leur torpeur, de leur immobilité. Avec cette fine manière de timbrer, ces plans sonores pensés, qui sont sa marque. Le jeu de l’ancien élève de Rigutto, Pludermacher et Endres conjure brillance (Abegg), intimisme (Arabesque), légèreté et puissance (Novellette no.8), extraversion et pureté du chant (la rare Navellette no.7). Sous ses doigts aussi pudiques que précis, les chemins désolés des Chants de l’Aube s’éclairent d’une petite lumière qui touche au cœur. »

Bertrand Boissard, Diapason



« Jean-Baptiste Fonlupt joue les Geistervariationen de Schumann à un tempo plus allant, ce qui leur donne une meilleure cohérence. Dans les Chants de l’Aube, aussi, il apporte de la vie à l'émotivité refoulée de la musique. Dans ce disque au programme varié, Fonlupt imprègne chaque morceau d’une personnalité très distincte. Ses Variations Abegg sont jouées avec une virtuosité détendue, tandis que la Novellette op.21 no.2 est interprétée avec bravoure. »

Harriet Smith, Gramophone



« Jean-Baptiste Fonlupt impose sa voix dans un ambitieux programme Chopin. Sa sensibilité et sa pudeur font merveille dans les quatre Ballades, dont il ne néglige pas l’aspect épique. La fuyante Polonaise-Fantaisie, test ultime des grands interprètes de Chopin, nous bluffe: sens juste des proportions, chant intime et profond, finale plein de panache, véritablement chevaleresque. Bravo! Un disque qui réserverait bien des surprises lors d’une écoute à l’aveugle et aurait toutes les chances de s’imposer devant les concurrents les plus célèbres. »

Bertrand Boissard, Diapason



Élu « coup de cœur » de Philippe Cassard dans son émission « Portraits de Famille » du 26 décembre 2015 sur France Musique pour son disque des sonates de CPE Bach: « Ce disque est tout simplement fantastique. Le son, le phrasé, la délicatesse, le tact, l’élégance, tout y est. »

Philippe Cassard



« Avec autorité et style, le pianiste Jean-Baptiste Fonlupt offre un Chopin poétique et héroïque. Son jeu viril, construit, sait raconter une histoire (4 Ballades), faire preuve de rigueur tout en lâchant la bride (Polonaise-Fantaisie) et ménager avec subtilité les couleurs les plus scintillantes. A une conduite exemplaire des phrasés et une absence de pathos (Nocturnes), il joint une lecture de ces pièces tour à tour engagée, ferme et sans concession. »

Michel Le Naour, Cadences



« Jean-Baptiste Fonlupt a pris le parti de jouer sur un piano moderne avec toutes ses ressources propres, sans vouloir singer le piano forte, de même que certains le font pour interpréter Scarlatti ou Bach père. Et il a raison. Le piano moderne a tant de possibilités qu'il serait dommage de s'en priver, à condition de ne pas trahir l'esprit de cette musique - et c'est cet équilibre que le pianiste a su trouver. Aux habitués de la musique de Beethoven ou de Chopin, de Liszt ou de Schubert, Jean-Baptiste Fonlupt fait entendre tout ce que la musique de Carl Philipp Emanuel a de prophétique et de novateur, tout en étant, dans son originalité, profondément personnelle et imaginative. J'admire la qualité de son toucher et de son articulation, la richesse et la diversité de ses couleurs. Quelle musique ! »

Gilles Cantagrel, musicologue



« La Bénédiction de Dieu dans la solitude sied à merveille au jeu chaud et inspiré du jeune pianiste français Jean-Baptiste Fonlupt. Son interprétation est envoûtante, fine et lumineuse, et il se joue des silences avec talent, conservant toute l’attention de son auditeur, en permanence sur la brèche. Le petit recueil des Trois Apparitions est servi par un toucher délicat et précis, sur fond de virtuosité. D’ailleurs, un disque de Liszt ne saurait être, sans de véritables prouesses pianistiques et autres effets quasi pyrotechniques. La Rhapsodie hongroise n° 12 se prête parfaitement à l’exercice, tout comme ce bel hommage à Chopin qu’est la Polonaise n° 2, empreinte d’une virtuosité et d’un héroïsme à toute épreuve. Quelle majesté dans le jeu de Jean-Baptiste Fonlupt ! Son Liszt est puissant, convaincu et sûr. Que demander de plus ? Voilà un disque enthousiasmant, empreint d’une grande maturité, et sans doute la révélation d’un vrai talent. »

Arnaud Drillon, Classica



« Jean-Baptiste Fonlupt donne de Liszt une vision très juste, attentive à rendre compte des passions et des rêves. Sans que sa talentueuse virtuosité ne dissimule l’intériorité, il va de la grande Rhapsodie n° 12 de 1853 à la seconde Polonaise de 1851, qui est approfondie, éclairée par les autres œuvres. [...] Chez Liszt la foi n’est pas désincarnée, et Jean-Baptiste Fonlupt, dont la technique est fabuleuse, mêle un peu de folie à la musique de l’extase. »

Michèle Fizaine, Midi-Libre



Aller à la discographie